Echos du large

« Après la pétole de cette nuit, qui n’était pas simple à gérer, là c’est la guerre ! J’ai un ris dans la grand-voile et la trinquette devant, je vais à 30 nœuds en réel, mais à 25 – 26 nœuds seulement sur le fond à cause du Gulf Stream qui est contraire ! » Yves Le Blevec

10.05.2016

Louis Duc (Class40) sur son option Sud, un OFNI pour JP Dick (IMOCA), les effets du Gulf Stream pour Yves Le Blevec (Ultime)

Louis Duc (Class40-CARAC) : « Bientôt finie la transat des alizés !! Le vent de Sud-Ouest, suivi de ses fronts froid nous rattrapent ! Place à une météo digne d’une Transat Anglaise, les shorts et les lunettes de soleil vont bientôt être troqués pas les bottes-cirés-bonnet, les belles voiles de portant vont être rangées, on va recommencer à naviguer trempé sur les portières ! Dommage, on y prend vite goût au soleil. Hier, j’ai eu droit à un petit coucher de soleil sous spi, accompagné de dauphins, de grands oiseaux, et de jets de baleines devant l’étrave ! J’ai aperçu la queue qui replongeait, j’ai évidemment essayé de prendre en photo, mais on y aperçoit que de l’eau… L’arrivée du vent de Sud-Ouest va finir par mettre fin à ma descente vers le Sud, (c’est un peu ce que je suis venu chercher), nous aurons un verdict jeudi fin de journée… On y croit, ou pas ??? Le positionnement au Nord n’est pas très simple, la météo n’est pas très claire, des dépressions pas très actives, des dorsales, du courant. Au Sud, la météo est beaucoup plus franche pour les jours à venir, c’est vraiment ce qui m’a poussé à prendre cette option. Si mes camarades du Nord arrivent à déjouer les multitudes de petits obstacles qui se placent devant eux, ils risquent de recroiser devant ; s’ils s’arrêtent un peu, c’est moi qui potentiellement pourrais repasser devant. Aujourd’hui, je suis incapable de savoir, et à mon avis, je suis pas sûr qu’un bon météorologue oserait ce prononcer… J’espère, en tout cas, que ça met un peu de piment dans l’épreuve ! »

« J’ai sorti les polaires car il faisait un peu plus frais. Mais lorsque tu manœuvres, tu as envie d’être torse nu ! C’est une vraie salle de sport ces bateaux ! » Jean-Pierre Dick

Yves Le Blevec (Ultime-Actual) : « Après la pétole de cette nuit, qui n’était pas simple à gérer, là c’est la guerre ! J’ai un ris dans la grand-voile et la trinquette devant, je vais à 30 nœuds en réel, mais à 25 – 26 nœuds seulement sur le fond à cause du Gulf Stream qui est contraire ! On jongle entre vent et courant avec Christian (Dumard, son routeur, ndlr), c’est assez complexe… Ce n’est pas très drôle cette arrivée, on a beau dépenser beaucoup d’énergie et bien faire marcher le bateau, le gain au but est maigre. Mais le bateau va bien et moi aussi. L’objectif reste de ne rien casser d’ici l’arrivée. Il y a encore plus ou moins 48h de course et on n’est jamais à l’abri d’une bêtise. Je reste très attentif. J’ai versé une petite larme ce matin pour mon dernier œuf-bacon… mais j’ai encore largement de quoi me nourrir ! Je continue à bien me reposer aussi : tout va bien, même si l’arrivée est longue… »

Jean-Pierre Dick (IMOCA-StMichel-Virbac) : « Les vents sont compliqués le long de la porte des glaces. Ils oscillent en force et en direction en permanence et ce n’est pas fini ! Je viens de virer de bord et après la manœuvre, j’ai malheureusement heurté quelque chose, je ne sais pas quoi. Je vais aller inspecter le bateau au lever du jour même si je pense que tout va bien. Dans la nuit il y avait de la brume, j’ai sorti les polaires car il faisait un peu plus frais. Mais lorsque tu manœuvres, tu as envie d’être torse nu ! C’est une vraie salle de sport ces bateaux ! »

Partager cet article