top of page

Aller en Amérique...

Dernière mise à jour : 18 avr.

La Transat CIC s'apprête à amener la flotte IMOCA et Class40 la plus grande et la plus moderne de la course océanique en solitaire au cœur même de la ville de New York. 


La ville de New York est inextricablement liée à la longue histoire de la course au large en solitaire. Quelques années avant que quelqu'un n'ait vraiment eu l'idée de courir en solitaire autour du globe, le navigateur anglais Colonel Herbert "Blondie" Hasler a proposé en 1957 une course en solitaire à travers l'Atlantique, de Plymouth à New York. 


C'est ainsi que le 10 juin 1960, l'Observer Singlehanded TransAtlantic Race s'est élancé avec cinq intrépides skippers solitaires au départ de Plymouth, mais pas tous le jour même. Sur le plus grand bateau de la flotte, le 40 pieds Gypsy Moth III, le navigateur anglais Francis Chichester l'a emporté, franchissant la ligne d'arrivée aux abords de New York après 40 jours, 12 heures et 30 minutes. Le pionnier français Jean Lacombe, sur son Cap Horn de 21,5 pieds, a atteint New York en cinquième position après 74 jours, après avoir pris le départ avec trois jours de retard et emprunté la route la plus méridionale près des Açores. 


En remportant la deuxième édition de l'OSTAR, disputée en 1964, Eric Tabarly, lieutenant de vaisseau français âgé de 32 ans, a enflammé l'histoire d'amour nationale de la France avec la course au large et les aventures en mer en solitaire. Sur le ketch de 44 pieds Pen Duick II, qu'il avait construit pour la course, et en suivant une route soigneusement calculée qui était le résultat de ses études météorologiques approfondies avant la course, Tabarly est arrivé à Newport trois jours avant le second, l'Anglais Chichester. Tabarly n'avait jamais utilisé sa radio pendant la course et pendant 19 jours de sa traversée, il n'avait pas d'autoguidage. 


Au fil des ans, cette course transatlantique historique s'est achevée à New York, Newport Rhode Island et Boston. New York offre tant de possibilités, notamment le passage de la Statue de la Liberté et l'arrivée dans la "ville qui ne dort jamais", en accostant devant la ligne d'horizon de Manahattan. Mais l'Hudson River est une étendue d'eau très, très fréquentée pour l'arrivée d'une course, mais amener la course au large au cœur même de l'une des villes les plus riches et les plus dynamiques du monde présente un attrait considérable. 


Au cœur de la ville 

Il est donc à la fois approprié et passionnant que la course en solitaire The Transat CIC 2024 au départ de Lorient se termine à New York, comme l'avait fait la toute première course pionnière en 1960. 

New York a une longue et fière histoire maritime et de navigation. Le New York Yacht Club a été fondé en juillet 1844 lorsque John Cox Stevens et huit plaisanciers new-yorkais se sont rencontrés à propos de son nouveau yacht Gimcrack au large de la Batterie, au pied de l'île de Manhattan. Stevens en fut le premier commodore et fit ensuite partie d'un syndicat propriétaire d'America, qui remporta ce qui devint la Coupe de l'America en 1851 en Angleterre. Le NYYC a conservé la Coupe de l'America jusqu'en 1983, date à laquelle il a été battu par Australian. Le club continue de jouer un rôle important dans la popularité de la voile dans la ville et à Newport, où se trouve sa célèbre base de Harbor Court. 


New York possède de nombreuses marinas, installations de voile et de navigation de plaisance, et le sport de loisir y est très populaire. Après avoir terminé la Transat CIC, les bateaux de course seront amarrés à la ONE°15 Brooklyn Marina au cœur du Brooklyn Bridge Park, entre les jetées 4 et 5, tout près de Dumbo et de Brooklyn Heights. Une flotte de 33 voiliers IMOCA 60, dont de nombreux modèles à foils dernier cri, représentant neuf nations différentes. Dans cette flotte, James Harayda courra sous le drapeau américain et 13 des derniers Class40, dont les Italiens Alberto Bona (IBSA) et Ambrogio Beccharia (Alla Grande Pirelli) qui seront parmi les favoris de la victoire. Il s'agira donc de loin du plus grand et du plus important rassemblement de voiliers modernes de course au large à être accueilli à New York depuis de nombreuses années, et les amateurs de voile, de navigation de plaisance et autres seront ravis de venir rendre visite à la flotte de course après la course. Espérons que cette nouvelle activité incitera davantage de jeunes, et moins jeunes, coureurs océaniques américains à se lancer dans la course en solitaire et en équipage réduit, et peut-être même à participer à la prochaine Transat ! 




portrait de James au 3/4 sur son bateau
©JL CARLI

Harayda fait flotter les étoiles et les rayures 🇺🇸

James Harayda, basé à Gosport, en Angleterre, sera à 26 ans l'un des plus jeunes skippers de The Transat CIC. Il cherche à compléter sa qualification pour la course autour du monde en solitaire du Vendée Globe qui commence début novembre de cette année. À l'automne 2022, il a terminé la Route du Rhum en solitaire, de Saint-Malo à la Guadeloupe, mais a manqué la plupart des courses de 2023 en raison de problèmes techniques avec son IMOCA. 


Le père d'Harayda est américain et sa famille a vécu à Dallas quand il était jeune. Plus récemment, il a passé trois saisons de navigation professionnelle à Newport RI. 


« Je suis très enthousiaste à l'idée de revenir en Amérique, cette fois avec mon propre bateau et mon propre programme. Deux de nos partenaires sont américains, tous deux basés à New York. Ashursts est un grand cabinet d'avocats qui a des bureaux dans cette ville, et nous prévoyons donc de nous engager avec l'équipe du bureau de New York. Ils sont très enthousiastes. Mais je pense qu'il y a quelque chose d'unique et de spécial à foncer dans le port de New York, cette ligne d'horizon emblématique. C'est quelque chose que j'ai toujours voulu faire", s'enthousiasme Harayda, "Ce sera tellement excitant de voir la ville depuis l'eau. Elle sera si accueillante. Et j'espère que notre présence incitera d'autres Américains à se lancer dans ce type de navigation. À l'heure actuelle, le nombre de bateaux américains qui participent à ce type de course, et donc de marins, se compte sur les doigts d'une main. Je ne sais pas exactement pourquoi - peut-être à cause de la distance qui nous sépare de la France, véritable épicentre de la voile en solitaire - mais je pense que notre présence sera déterminante. Et nous avons prévu plusieurs choses : faire venir des invités, leur montrer le bateau et leur expliquer le type de course que nous faisons, cela aidera vraiment à faire passer le message. » 


"Ma préparation a été bonne. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait de course. Nous avons eu un hiver plus long que prévu et nous avons donc beaucoup travaillé sur la fiabilité du bateau et l'ergonomie. Nous n'avons pas réussi à faire beaucoup d'améliorations en termes de performances. Nous espérons pouvoir le faire d'ici le Vendée Globe, mais en attendant, il s'agit de rendre le bateau aussi résistant que possible. En ce qui me concerne, j'ai juste besoin de passer le plus de temps possible sur le bateau, à naviguer et à régater. Les points forts d'Harayda. 


Tous bienvenus, une source d'inspiration pour l'avenir

Historiquement, de nombreux navigateurs américains de premier plan ont participé à The Transat au fil des ans. Rich Wilson, membre du NYYC, est le seul Américain à avoir terminé deux fois le Vendée Globe. Il garde de très bons souvenirs des défis qu'il a relevés lors de sa formation sur The Transat et il pense que l'activité au cœur de New York donnera un coup de fouet à la voile hauturière américaine. 


Il est impatient d'accueillir la flotte : "La Transat CIC perpétue l'héritage historique de la course originale qui a donné naissance à la course océanique en solitaire : l'Observer Single-handed Transatlantic Race, l'OSTAR. J'ai eu le plaisir et l'immense défi de participer à deux d'entre elles. En 1988, à bord d'un petit trimaran Newick/Colpitt de 35 pieds, "Curtana", et en 2004 à bord d'un trimaran de 50 pieds conçu par Irens, "Great American II". C'est un parcours incroyablement difficile : 3 000 milles au vent, à partir de 50 degrés de latitude nord, à travers les coups de vent, le brouillard, les Grands Bancs et les icebergs, et je me souviens surtout du froid, du froid, du froid.  Pour préparer le Vendée Globe 2024, on ne pouvait pas imaginer une course plus difficile, presque cruelle ! 


Parmi les autres skippers américains de renom qui prévoient d'être en ville et qui pensent que The Transat sera bénéfique pour la course au large dans leur pays d'origine et au-delà, on trouve le skipper vainqueur de The Ocean Race, Charlie Enright, qui déclare : "Il sera extraordinaire de voir autant d'IMOCA et d'amis à New York ce printemps. Cela montre vraiment la force de la classe et le brillant avenir qui l'attend. Le public américain devrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour découvrir cette scène impressionnante pendant qu'elle se déroule dans nos eaux territoriales. 


L'Italo-Américaine Francesca Clapcich, skipper de UpWind by MerConcept, qui vise le Vendée Globe 2028, se réjouit : "L'arrivée de la flotte IMOCA à New York pour la Transat CIC est formidable, car elle permet à ces bateaux de naviguer dans mes eaux natales ! L'intérêt pour la voile hauturière aux Etats-Unis est grandissant, grâce à la victoire de 11th Hour Racing Team sur The Ocean Race - la première équipe américaine à le faire - et, plus récemment, à l'énorme public qui suit Cole Brauer sur son Class 40. L'arrivée de la Transat CIC sera l'occasion pour les Américains de voir plus de notre sport - des courses de haute performance dans des bateaux de course de haute technologie, à la pointe du progrès. La flotte est pleine de talents incroyables et je suivrai la course de près car mon objectif à long terme est de participer au Vendée Globe 2028 - en solitaire, sans escale, autour du monde". 

Kommentare