top of page

Les 3 concurrents encore en lice de The Transat CIC

Alors qu’Oliver Heer a franchi la ligne d’arrivée, ce vendredi 17 mai à minuit, tous les regards sont tournés vers Clarisse Cremer, dernier IMOCA encore en course. Bloquée depuis 2 jours en plein centre de la dépression avec des vents faibles de 5 à 9 nœuds, elle avouait sa fatigue : “Je sais que ça va venir, j’ai juste à être patiente” et elle avait vu juste... Sortie cette nuit aux alentours de 4 heures du matin (heure française) de cette dépression, elle profite aujourd’hui de rafales de vent allant de 20 à 25 nœuds, lui permettant de prendre de la vitesse. 

À 360 milles de la ligne d’arrivée, elle pourrait de nouveau être confrontée à une légère dépression, son ETA prévue pour le 19 mai lui permettrait de franchir la ligne d’arrivée avant la date fatidique de fermeture de ligne du 20 mai. 


© ONBOARD - Clarisse Cremer


Du côté du Class40, Anatole Facon seul skipper encore en course, suit les traces de Clarisse Cremer. Il fait face depuis hier à des vents très faibles, d’environ 5 nœuds. “Il a un léger retard au routage” annonce Francis Le Goff, directeur de course : “Un des marqueurs forts de cette course, ce sont ces zones de transition entre 2 dépressions, qui nécessitent une attention particulière, il doit être très vigilant s’il veut pouvoir passer la ligne avant sa fermeture”. À 620 milles de l’arrivée, son retour avant le 20 mai est toujours possible si les conditions lui sont favorables. 


Pour Rémy Gerin à bord de son Vintage FAIAOAHE, la route continue tranquillement, à plus de 200 milles d’Anatole, il fait face, lui aussi au centre de la dépression et aux allures faibles.

Il profite de son passage aux Bancs de Terre-Neuve pour adresser un poème à sa fille. Son passage de ligne devrait être effectué dans les 5 jours prochains. 



ความคิดเห็น