top of page

Oliver Heer (Oliver Heer Ocean Racing) termine 25ème IMOCA dans la Transat CIC "J'ai vécu un cauchemar". 


C'est avec un immense soulagement que le skipper solitaire suisse allemand Oliver Heer a mis un terme à sa Transat CIC en solitaire à travers l'Atlantique Nord, de Lorient à New York, aujourd'hui à 00:19:32 heures française (18:19:32 heures heure locale NYC), en terminant à la 25e place et en conservant l'espoir de se qualifier pour le Vendée Globe de cette année.



"Je suis heureux, très, très heureux. Ma principale émotion est le soulagement. Il y a eu des moments où je n'étais pas sûr que nous allions y arriver, donc le fait d'avoir terminé est vraiment spécial. Cela fait du bien d'en finir. La leçon est qu'il ne faut jamais abandonner, il y a toujours un moyen d'amener le bateau jusqu'à la ligne d'arrivée. Mais il y a beaucoup d'enseignements à tirer de cette expérience, notamment en ce qui concerne les redondances, mais nous ferons un débriefing dans quelques jours". Le sourire aux lèvres, Heer est ravi et doit maintenant faire face à une navigation de près de 100 milles jusqu'à Newport.


L'IMOCA Oliver Heer Ocean Racing a été mis à terre lorsque son pilote automatique est tombé en panne et que son bateau a effectué un empannage massif et inattendu. Frappé par une grosse vague, il a été presque roulé dans des vents de 40 nœuds et une mer démontée, ce qui l'a plongé dans une panne d'électricité. Incapable d'alimenter ses pilotes automatiques à 1300 milles de l'arrivée d'un parcours de 3500 milles, il a passé six jours collé à la barre, ne faisant que des siestes pour essayer de se frayer un chemin vers New York. À un moment donné, il était tellement fatigué qu'il s'est endormi pendant cinq heures d'affilée, naviguant dans la mauvaise direction.


Après une panne de gréement au début de la Transat Jacques Vabre l'année dernière qui l'a contraint à abandonner la course en double vers la Martinique, et son manquement à la course “Retour à la base”, Heer se devait de terminer cette course historique à travers l'Atlantique Nord pour conserver ses espoirs de se qualifier pour son premier Vendée Globe.


Après avoir finalement terminé sa Transat CIC, plus de six jours et sept heures après le Belge Denis Van Weynbergh, 24e, Heer est déterminé à faire réparer son bateau et ses voiles endommagées à temps pour participer à la course de retour vers la Vendée, qui commence le 29 mai prochain.


"J'ai vécu un cauchemar. Pendant six jours, j'ai dû rester collé à la barre. Ce n'était pas du tout agréable. À quelque 1 300 milles de l'arrivée, j'étais dans une situation très, très difficile.


Il a été renversé dans la nuit du 5 mai alors qu'il naviguait dans des vents de 35 à 40 nœuds et une mer formée. Découragé, il lui a fallu plusieurs jours pour mettre en place un système d'alimentation rudimentaire, ses panneaux solaires alimentant la batterie de son moteur lui ont permis d'utiliser son pilote automatique. Mais ce n'est qu'après une discussion avec son préparateur mental qui lui a conseillé de littéralement "d’accepter la souffrance" et de consacrer son énergie uniquement aux nombreux problèmes auxquels il faisait face, plutôt que de gaspiller son énergie mentale dans des émotions telles que la colère et la déception.  


The knockdown…..carnage

Heer se souvient : "Lorsque j'ai été mis à terre, il me restait 1 300 milles à parcourir, sans aucune puissance et avec des conditions météorologiques très difficiles. J'ai navigué dans environ 38 nœuds de vent, au portant, avec la grand-voile et le J2 pendant des heures. Je n'étais pas surpuissant, j'étais plutôt à l'aise. J'étais à la station de navigation quand soudain le pilote a fait un empannage chinois, je naviguais à 145 degrés TWA. Je ne sais pas ce qui s'est passé mais si vous empannez avec un empennage plein, une quille pleine, un ballast plein et bien vous basculez assez rapidement. Et puis une grosse vague m'a frappé et m'a fait basculer encore plus. J'ai regardé mes fichiers journaux (plus tard) et j'étais à 128 degrés de gîte, donc j'étais bien au-dessus....C'était un carnage. Le pire, c'est qu'au bout de 10 secondes, j'ai eu un black-out complet, plus d'électricité, plus rien. À 3 heures du matin, à 40 nœuds, ce n'est pas une position très agréable. J'ai volé à travers l'intérieur du bateau et j'ai un coude gravement contusionné et un cou douloureux.  Les premières 24 heures se sont déroulées en mode crise. Je n'avais plus d'électricité et j'ai dû, d'une manière ou d'une autre, affaler les voiles en toute sécurité. L'enrouleur J2 était cassé, j'ai eu beaucoup de mal à l'enrouler et il y a beaucoup de dégâts".


Accepter cette souffrance

Il poursuit : "J'ai pansé mes plaies pendant un jour ou deux. Puis j'ai réussi à mettre en place ce système électrique de base et faire fonctionner les choses les plus importantes avec mes panneaux solaires afin d’alimenter la batterie du moteur. Ainsi, lorsque j'avais du soleil, je pouvais faire fonctionner les choses les plus importantes sur le bateau, les communications par satellite, le pilote de base, le téléchargement des fichiers GRIB, et j'ai recommencé à avancer petit à petit. Mais là-haut, sur les Grands Bancs avec ce gris, brumeux et misérable, les deux premiers jours, je n'ai pas pu faire grand-chose. Je n'avais pas d'AIS et j'étais dans le couloir de navigation, je voyais des bateaux autour de moi, ce qui n'était pas très agréable non plus.  Je suis toujours en bonne santé, mais le bateau a subi quelques dégâts au niveau des voiles.

 

Au sujet de son appel.....

"Je suis normalement assez résilient, positif et créatif. Mais je ne savais vraiment pas où aller. J'étais au plus bas. C'était la première fois que j'étais sur un voilier et je ne savais pas quoi faire ni comment le faire. Il me restait encore 1 300 milles à parcourir. J'ai vraiment été submergé pendant un jour ou deux. Puis j'ai parlé au Dr Wolfgang Jenewein. C'est un homme brillant. Son message principal était "Ollie, il n'y a pas d'autre option, tu dois... accepter ces galères, les accepter". Et puis j'avais quelques milliers de litres d'eau dans le bateau, les réservoirs de diesel fuyaient, il y avait des galères partout. Il m'a dit : "Écoute, Ollie, tu dois accepter cette situation, sinon tu gaspilles ton énergie mentale et tu as besoin de toute ton énergie". J'ai écrit sur le mur à l'intérieur du bateau et je me suis mis au travail. J'avais une liste de priorités, je devais hiérarchiser tout le travail que j'avais à faire sur le bateau".


Heer raconte qu'il a touché le fond et qu'il s'est battu pour sortir d'une situation sombre "C'était un tel chaos après l'incident, c'était tout simplement accablant de penser à toutes les tâches, à tous les problèmes. Il m'a dit d'accepter la situation et de donner la priorité aux choses les plus importantes, de me concentrer sur les choses les plus pertinentes, de faire une liste, par exemple : faire de l'eau - je n'avais presque plus d'eau potable, faire fonctionner les communications par satellite, sécher le bateau, fixer les voiles, j'ai commencé à essayer de brancher le pilote automatique, et ainsi j'ai lentement commencé à faire le tour des tâches à accomplir. Cela m'a pris quelques jours, et chaque fois que je cochais une tâche, il devenait de plus en plus réaliste que je puisse terminer la course. Une fois les travaux terminés, je me suis dit : " Regarde Ollie, tu as un bateau qui fonctionne, tu n'es plus vraiment en course, mais il est suffisamment sûr pour parcourir ces 1200 milles et terminer la course... ".


Les derniers jours ont été meilleurs. Avec le soleil, le pilote automatique a fonctionné et j’ai retrouvé sa bonne humeur, même si j’ai passé les 12 heures supplémentaires à lutter contre des vents légers jusqu'à la ligne d'arrivée, c’était un dernier défi. Mais dès qu'il atteindra Newport demain, son équipe à terre sera prête à entrer en action pour préparer le bateau à la course de retour. Heer, quant à lui, se réjouit d'une bière d'anniversaire en retard et d'une bonne tasse de café avant de retourner à la préparation du bateau.


"Le bateau a de nombreux problèmes à régler à Newport. Nous avons une équipe assez nombreuse ici et j'ai un bon ami anglais qui m'a proposé de venir nous aider, donc l'équipe à terre connaît déjà toutes les tâches, j'ai des électriciens prêts à intervenir et le voilier se tient prêt, je suis très confiant sur le fait que je serai sur la ligne de départ pour la course de retour mais cela dit je ne serai pas en position de compétition. Comme pour cette course, avec la sélection du Vendée Globe, il s'agit toujours de faire des milles et d'arriver au bout. Alors je croise les doigts et je repars pour l'Europe dans deux semaines......".


SA COURSE EN CHIFFRES

Heure d'arrivée : 00:19:32

Temps de course :  18 jours, 10 heures, 49 minutes et 32 secondes

Distance parcourue :  3 594.80 milles nautiques

Ecart avec le premier : 10 jour, 3 heures, 56 minutes et 0 secondes

Vitesse moyenne (sur l’orthodromie) : 6.66 noeuds




 

 



Comments