top of page

The Transat CIC, un plateau prestigieux et de sacrées promesses

Dernière mise à jour : 18 mars





©Alexis Courcoux


Le 28 avril prochain, 33 skippers en IMOCA et 13 en Class40, dont certains des plus brillants et des plus talentueux, et 2 en catégorie Vintage, s’élanceront depuis Lorient. Direction New York City au fil d’un parcours particulièrement exigeant dans l’Atlantique Nord. Ce vendredi, OC Sport Pen Duick, l’organisateur de la course, les marins engagés ainsi que les partenaires de l’évènement se sont réunis à l’occasion de la conférence de presse afin de lancer The Transat CIC. En ligne de mire, une transatlantique unique, concentré de sport, d’exigence et de résistance pour continuer à écrire l’histoire d’une course de légende.


Le 28 avril prochain, 33 skippers en IMOCA et 13 en Class40, dont certains des plus brillants et des plus talentueux, et 2 en catégorie Vintage, s’élanceront depuis Lorient. Direction New York City au fil d’un parcours particulièrement exigeant dans l’Atlantique Nord. Ce vendredi, OC Sport Pen Duick, l’organisateur de la course, les marins engagés ainsi que les partenaires de l’évènement se sont réunis à l’occasion de la conférence de presse afin de lancer The Transat CIC. En ligne de mire, une transatlantique unique, concentré de sport, d’exigence et de résistance pour continuer à écrire l’histoire d’une course de légende. Les marins sont superstitieux mais ils sont aussi attachés à l’histoire de leur discipline et à tous ceux qui se sont employés à l’écrire. Alors, les 48 participants à The Transat CIC connaissent la longue filiation de cette course, héritière de la ‘transat anglaise’ née en 1960. Elle a acquis ses lettres de noblesse à travers des marins d’exception, un certain Éric Tabarly s’y est révélé (1964, 1976), Francis Chichester (1960) et Alain Colas (1972) y ont acquis une stature, Loïck Peyron en a fait son jardin (1992, 1996, 2000, 2008)…


Un parcours très exigeant C’est dans les pas de leurs illustres prédécesseurs qu’ils s’inscrivent lors de ce premier grand temps fort de la saison. Tous se donneront rendez-vous à Lorient, port de départ, afin de partager le plaisir des « jours d’avant » avec le grand public pendant toute la durée du village, du mardi 23 au dimanche 28 avril. Puis, place donc au ‘top départ’ direction New York. Avant de s’offrir les joies de l’arrivée, il faudra faire preuve d’une sacrée capacité de résistance. Les phénomènes météos peuvent en effet être particulièrement virulents dans l’Atlantique Nord au sortir de l’hiver. Les skippers devront ainsi progresser face aux tempêtes, face au vent, le plus souvent au près. Des conditions qui s’annoncent exigeantes pour les bateaux comme pour les marins qui retrouveront les joies du solitaire, un an après une saison dédiée au double.


Des talents à tous les niveaux Sur la ligne de départ, les talents ne manqueront pas. Parmi les 33 skippers IMOCA figurent en effet tous ceux qui se sont illustrés lors des courses de la saison passée. On retrouvera Charlie Dalin (MACIF Santé Prévoyance), vainqueur de la Rolex Fastnet Race, Yoann Richomme (IMOCA Paprec Arkéa) qui s’est imposé sur le Retour à la Base. Le plateau IMOCA compte également cinq femmes et plusieurs skippers étrangers, à l’image des bizuths de cette course Oliver Heer (Oliver Heer Ocean Racing) et James Harayada (Gentoo Sailing Team). 

La bataille s’annonce également particulièrement intéressante en Class40. On pourra en effet compter sur Alberto Bona (IBSA), vainqueur du championnat l’an dernier, Ambrogio Beccaria (Alla Grande - Pirelli), le lauréat de la Transat Jacques Vabre et de la CIC Normandy Channel Race, ou encore Ian Lipinski (Crédit Mutuel) qui s’était imposé au Défi Atlantique. Amélie Grassi (La Boulangère Bio), Fabien Delahaye (LEGALLAIS), Nicolas d’Estais (CAFÉ JOYEUX), Aurélien Ducroz (CROSSCALL) et Axel Trehin (Project Rescue Ocean) peuvent aussi prétendre à la victoire. Ce sera également le grand retour de Vincent Riou, en solitaire, à bord de Groupe Pierreval - Fondation GoodPlanet. Il fera partie des skippers les plus expérimentés avec Jean Le Cam (64 ans, Tout Commence en Finistère – Armor-Lux, IMOCA). C’est donc une flotte particulièrement éclectique puisque de très jeunes skippers tentent aussi l’aventure, à l’instar de Violette Dorange (22 ans, DEVENIR, IMOCA) et de Thimoté Polet (23 ans, ZEISS, Class40), qui s’alignera au départ de ce monument de la course au large, le 28 avril prochain.


The Transat CIC en chiffres 23 avril : ouverture du village 28 avril : départ de la course 3500 milles, 6 482 km à parcourir 33 skippers IMOCA inscrits 13 skippers Class40 inscrits 2 skippers en catégorie Vintage inscrits






-------------------------


Daniel Baal, Président du CIC :« CIC, partenaire titre de « The Transat CIC » depuis 2019, est fier d’accompagner le retour de la plus ancienne et la plus difficile des courses en solitaire. « The Transat CIC » est une course transatlantique unique. Par la difficulté de son parcours. Par sa capacité aussi à innover dans le domaine de la course au large, pour au final révéler de grands talents et écrire de belles histoires humaines et sportives. Impulsée par OC Sport Pen Duick avec le soutien du CIC, « The Transat CIC » sait également avoir un temps d’avance en offrant un coup de projecteur au transport maritime vélique. Juste retour aux sources puisque « The Transat CIC » est aussi un pont entre deux pays, la France et les Etats-Unis, entre deux ports, Lorient et New York, et fait revivre ces grandes routes de commerce maritimes au rythme de la course transatlantique moderne. Nous sommes fiers de voir « The Transat CIC » innover dans ce domaine. CIC, accompagne ceux qui font bouger le monde, « The Transat CIC » en est la parfaite illustration. »

 

Fabrice Loher, président de Lorient Agglomération, maire de Lorient : « En accueillant The transat CIC, Lorient La Base renoue avec l’accueil de grandes courses transatlantiques emblématiques. La reconversion de l’ancienne Base de sous-marins portée par Lorient Agglomération a permis l’émergence de tout un écosystème autour de la course au large à l’international. Aujourd’hui, cette filière représente près de 1 000 emplois directs et indirects et les retombées économiques annuelles sont estimées à 35 M€. Lorient La Base compte 122 teams et les plus grands skippers. Le site est également idéal pour l'organisation de grands événements nautiques : Volvo Ocean Race, Défi Azimut – Lorient Agglomération, 24h Ultim, Solitaire du Figaro Paprec, Tour de France à la Voile, Atlantique-Le Télégramme-Groupama, Retour à la Base… Il a été choisi pour être le cadre du départ de la Transat CIC, remportée il y a 60 ans par l’enfant du pays Eric Tabarly. »

 

Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne :« Monument de la course océanique en solitaire, The Transat CIC a été marquée par les exploits de marins exceptionnels -notamment bretons- qui, au fil des éditions, ont contribué à forger sa légende. Au-delà de son caractère sportif, populaire et festif, cet événement, accueilli au cœur de la Bretagne Sailing Valley®, est l’occasion de mettre en lumière l’écosystème économique de la voile de compétition en Bretagne. Plus de 220 acteurs constituent cette filière tirée par la performance et l’innovation. Cette filière qui innove pour de nombreux secteurs constitue un formidable laboratoire pour explorer les mobilités de l’avenir, plus respectueuses de l’environnement. Avec l’appui de la Région Bretagne, les acteurs de la voile de compétition s’engagent et jouent un rôle majeur d’accélérateur dans la transition écologique en mobilisant leurs capacités d’innovation, notamment dans le développement des technologies de propulsion des navires à la voile.C’est avec cet esprit d’engagement et de conquête que j’adresse mes plus chaleureux et sincères encouragements à l’ensemble des navigatrices et navigateurs qui s’élanceront de Lorient le 28 avril. »

 

Joseph Bizard, Directeur Général OC Sport Pen Duick : « Fort de son attachement historique, The Transat CIC promet une belle explication sportive, une fête populaire au départ à Lorient et une arrivée prestigieuse à New York. Une course singulière, incomparable, qui permet à tous, skippers, partenaires, public de vivre une aventure à part des deux côtés de l’Atlantique.Je tiens ici à saluer chaleureusement l’ensemble de nos skippers engagés, à remercier le CIC qui a donné́ son nom à cette épreuve mythique, résolument tournée vers l’avenir, à la ville de Lorient et à la Région Bretagne qui ouvrent en grand les portes de leur territoire pour faire de cette course un évènement populaire. Ensemble, nous nous apprêtons à vivre un grand moment de sport. »




©. Qaptur prod



Komentar