top of page

Un beau podium en Class40 sur The Transat CIC

Le suspense aura presque duré jusqu’au bout tant les écarts étaient serrés et la bataille acharnée au sein du groupe de tête des Class40. Il aura fallu attendre le milieu de la nuit new yorkaise pour connaître le dénouement de The Transat CIC en Class40 et son vainqueur : Ambrogio Beccaria (Alla Grande – Pirelli), qui a surclassé d’une courte tête Ian Lipinski (Crédit Mutuel). Fabien Delahaye (LEGALLAIS) complète le podium. A 20h, il restait deux IMOCA en course, quatre Class40 et les deux concurrents en catégorie Vintage. 


© DR


© OC Sport Pen Duick


Ces dernières heures ont été riches en émotions pour les marins, notamment pour Ambrogio Beccaria, Ian Lipinski et Fabien Delahaye, qui composent le podium en Class40 de la 15e édition de The Transat CIC. A l’issue d’un magnifique duel avec son ami Ian Lipinski, le skipper italien s’est offert sa 2e victoire d’affilée sur une transatlantique, sa première en solitaire avec ce bateau. « C’est l’une des meilleures courses que j’ai faite. Tout s’est très bien passé. Il y a eu des moments très durs, mais au final, je n’ai pas trouvé ça si difficile globalement dans le sens où on s’était préparés au pire », a déclaré ce dernier juste après avoir inscrit son nom au palmarès de la légendaire course. Heureux de sa victoire, il a tenu à rendre hommage à Ian Lipinski, qui lui aura donné du fil à retordre tout au long du parcours. « Ian a fait une course merveilleuse. Je savais depuis le début qu’il était l’un des meilleurs. Il connaît si bien son bateau et sait aussi comment naviguer en solitaire. Et il a beaucoup, beaucoup d’énergie. J’aime naviguer contre lui, il attaque tout le temps ». De son côté, Ian Lipinski a salué la victoire d’Ambrogio Beccaria, qui « mérite largement de gagner ». Le skipper de Crédit Mutuel a confié à son arrivée avoir mis « un engagement vraiment énorme » pendant la première moitié de la course avant de devoir « baisser le rythme ». 3e, Fabien Delahaye s’est quant à lui réjoui de sa performance, indiquant ne pas « pouvoir rêver mieux pour démarrer l’année ». Pour lui, sa première transatlantique en solitaire lui a permis « d’engranger de l’expérience dans la façon de gérer son bateau », qu’il « connaît beaucoup mieux aujourd’hui qu’il y a 15 jours ». Nicolas d’Estais (CAFÉ JOYEUX), auteur d’une belle course, est arrivé 4e, 7h39 après le vainqueur.



© Gauthier Lebec


Ce soir, il ne devrait rester que deux IMOCA en course : Olivier Heer (Olivier Heer Ocean Racing), qui a toujours des problèmes techniques et dont le but est de « cumuler des milles et de finir la course » dixit Francis Le Goff, Directeur de Course et Clarisse Crémer (L’Occitane en Provence), qui est repartie ce matin des Açores où elle était en escale technique. Selon Francis Le Goff, les deux marins, à qui il restait respectivement 831,7 et 1906,2 milles à parcourir à 20h, devraient arriver à New York dans les temps.


© LIOT Jean Marie


Côté Class40, après les arrivées des quatre premiers, quatre bateaux étaient encore en course à 20h, menés par Vincent Riou (Pierreval – Fondation GoodPlanet), à qui il restait 216,5 milles à parcourir. « Il n’y a plus de match. Vincent n’a plus qu’à aller tout droit vers la ligne d’arrivée. Il ne peut plus être rattrapé », indique Francis Le Goff. Derrière, Amélie Grassi (La Boulangère Bio) pointait à 156,2 milles du nouveau meneur, Timothé Polet (ZEISS) à 256,5 milles et Anatole Facon (Good Morning Pouce) à 1579,4 milles. Ce dernier « va sortir progressivement de la zone inconfortable où il y a du vent et de la mer, avec 4,5 mètres de creux et pourra de nouveau afficher une belle progression vers l’arrivée », selon le Directeur de Course, qui estime que tous les Class40 devraient franchir la ligne avant sa fermeture.


© DR


A noter que Goulven Marie (QWANZA) est arrivé à Lorient, son port d’attache après plus d’une semaine sous gréement de fortune qu’il avait construit suite à son démâtage. « Il a géré son démâtage et la suite de manière assez remarquable, de manière autonome. C’est un vrai cas d’école », souligne Francis Le Goff. 

Enfin, dans la catégorie Vintage, Patrick Isoard (Uship pour Enfants du Mekong), qui fait course en tête depuis Lorient, continue sa belle progression. « Il tire un petit contre-bord et va ensuite faire route directe vers l’arrivée. A 18h, il lui restait 775,1 milles à parcours ». Le Trinitain peut toujours arriver avant le 20 mai même s’il n’a aucune obligation de le faire, la ligne d’arrivée n’ayant pas de date de fermeture.



© OC Sport Pen Duick

留言